0 In Reviews

Avant première : Les animaux Fantastiques

Hello tout le monde !

Hier, j’ai eu la chance d’assister à l’avant première du film « Les animaux Fantastiques », adapté du texte de J.K. Rowling. Pour ceux qui ont vécu 15 ans dans une caverne, J.K. Rowling, c’est un peu notre conteuse à tous (enfin aux fans d’Harry Potter quoi) et on lui doit des soirées d’amour, de joie, de colère d’angoisse et de pleurs (on retiendra la joie surtout hein). Les livres de la saga Harry Potter se sont vendus comme des petits pains et les adaptations cinématographiques de ses livres aussi.

Autant vous dire, qu’en vraie fan, j’attendais ce film avec autant d’impatience que de terreur. Après tout, la plupart des spin-off et des suites sont plutôt pas terrible et j’appréhendais beaucoup l’adaptation. J’avais peur d’être déçue, que ce soit le crash test raté produit uniquement pour ramasser de l’argent.

Les Animaux Fantastiques, ça parle de quoi au fait ?  (Garanti sans spoil)

Nous sommes en 1926, dans le New York des années 20 (sans blagues) et une force maléfique s’abat sur la ville. Les sorciers de New York sont en flippe total genre « Ohmagad, on va se faire démasquer si on arrête pas cette chose ! » Sans compter qu’en plus de ça, une bande de moldus, (« moldus » appelés « non-maj' » aux US, un peu comme « underground » et « subway » oui oui) « les fidèles de Salem », sont prêts à prouver que les sorciers existent et à leur faire la peau (par la même occas’). 

Au milieu de ce chaos, débarque de Londres le très british Norbert Dragonneau. Norbert, il est un peu à l’image de son prénom : mou du genoux, naif mais attachant. Un peu à la Mary Poppins, il se balade avec une valise contenant des tas de bêbêtes fantastiques, espèces qu’il protège et soigne tranquillou pépère avant d’en relâcher certaines dans leur environnement naturel. 

Norbert arrive donc avec tous ses animaux dans sa valoches. Manque de bol pour lui, alors qu’il cherche à récupérer un animal qui se fait la malle (on notera le super jeu de mot avec la valise), son bestiaire magique (sa valise donc) est échangée avec celle d’un moldu (moi je dis « underground », sorry), Jacob Kowalski.

Jacob Kowalski c’est le mec qui a pas de bol dans la vie : il travaille dans une usine de conserves, on lui refuse un prêt pour sa boulangerie, il a pas de femme et fait un bisou au portrait de sa mère avant d’aller se coucher le soir…et en plus il à le malheur d’ouvrir la valise de Norbert et de laisser s’échapper un tas de créatures magiques par la même occasion. 

Sauf que c’est super grave de révéler l’existence de la magie à des moldus, genre, vraiment ! Et que pour le coup, Tina Goldstein, ancienne Aurore, enquêtrice (pas très douée), a tout vu ! Elle décide de traduire Norbert devant la justice, mais en l’exposant ainsi, tout le monde fini par penser que c’est l’une des créatures de Norbert, qui rode dans la nature et sème la terreur sur la ville ! 

Pour se disculper, Norbert, Tina et Jacob doivent trouver quelle est la créature qui cause tous ces dégâts et surtout, l’arrêter avant que le monde des sorciers ne soit dévoilé aux moldus ! 

 

  • La bande annonce, si tu veux :

 

Voilà, c’est un peu long, et pourtant y a pas de spoil, j’le jure.

DU COUP ! Mon avis ?

Franchement, c’est un très beau film et si tu as la possibilité de le voir en imax, c’est encore mieux ! Il n’est pas du tout décevant. Cela est sans doute dù en grande partie au fait qu’il y a peu de ressemblance avec les films précédent : Le lieu, l’intrigue, les personnages : rien de détourné ! C’est une toute nouvelle histoire, qui pourtant ne trahi pas l’univers des précédents livres. Au contraire, les éléments se rapportant à l’univers que nous connaissons initialement sont bien exploités et les clins d’oeil sont discrets.

Finalement, mon copain, qui n’aime pas du tout (mais du tout) l’histoire d’Harry Potter, mais qui adore l’univers magique a été conquis. Preuve que l’on a pas besoin d’apprécier les aventures du petit sorcier pour apprécier ce film, totalement différent des autres.

Les créatures magiques sont très bien réalisées et la plupart des scènes d’actions sont à couper le souffle. L’imax sert le film, sans aucun doute, avec des plans tournés dans les airs, qui donnent presque l’impression d’y être.

Les personnages sont attachants et surtout, très drôles. L’histoire est sympathique. On est loin du thriller à suspens, c’est certain. Personnellement, dès le début, j’ai pu entrevoir la fin. Mais on se laisse aisément transporter et on sort de la salle avec le sourire.

EN BREF !

Que tu aimes ou non Harry Potter, n’hésites pas à aller le voir en salle, de préférence en imax, parce que ça envoie du pâté et y a des bestioles trop classes et trop choupi !

Bonne séance !

 

 

 

Image : L’acteur Eddie Redmayne, depuis ici !

 

You Might Also Like

No Comments

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :